Une première année de mise en œuvre pour le projet ÉDUFAM

Nouvelle | Publié: 16 juin 2021

Article publié par la Fondation Paul Gérin-Lajoie

Le projet Éducation des filles pour un avenir meilleur dans la région des Grands Lacs (ÉDUFAM), mis en œuvre en consortium par la Fondation et le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) et financé par Affaires mondiales Canada (AMC) a clôturé le 31 mars dernier sa première année d’exécution. D’une durée de 4 ans, le projet vise comme résultat ultime l’autonomisation accrue des filles, adolescentes et femmes par l’éducation, notamment des réfugiées, déplacées, retournées et handicapées au Burundi, au Rwanda, et en République démocratique du Congo.

Le contexte

La première année du projet a été marquée par le contexte de la pandémie de COVID-19. En effet, les populations ciblées par le projet, déjà particulièrement marginalisées, se sont retrouvées dans une situation de vulnérabilité encore plus grande dû à la menace du virus, mais surtout à l’impact des mesures sanitaires. En effet, la situation économique des familles a été grandement affectée par les mesures de confinement, la fermeture des commerces et des frontières et les restrictions de déplacements. La fermeture des écoles en RDC et au Rwanda, elle, a eu un impact dévastateur en matière d’interruption et de retard d’apprentissage, occasionnant un plus grand nombre d’abandons scolaires et même de violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG), notamment de grossesses précoces ou non désirées. Par exemple, au camp de Mahama au Rwanda, plus de 60 000 réfugiés burundais se sont retrouvés confinés lors de la pandémie, alors que pour plusieurs, les seules opportunités d’avoir un revenu se trouvaient à l’extérieur du camp, dans la communauté hôte. En effet, le confinement au camp de Mahama a été très strict afin d’éviter une propagation catastrophique du virus et les écoles accueillant les réfugiés ont dû fermer leurs portes, alors que l’accès aux initiatives d’apprentissage à distance via la télévision ou la radio est particulièrement difficile pour ces populations. Les familles se retrouvant sans revenus et les enfants sans lieu de protection que représente l’école, plusieurs filles ne retourneront pas à leur parcours éducatif malgré la réouverture des écoles, afin d’appuyer leur famille. Les grossesses précoces se sont multipliées à Mahama pendant le confinement, autre coup à la scolarisation des filles réfugiées.

La mise en œuvre du projet

Avec les partenaires locaux de mise en œuvre du projet, la Fondation et le CECI ont déployé des plans de riposte à court et moyen termes, afin d’assurer la continuité des apprentissages lors de la fermeture des écoles, ainsi qu’une reprise et une réouverture sécuritaire de celles-ci et surtout un retour effectif des filles et adolescentes en classe. Les équipes au Rwanda, au Burundi et en RDC ont ainsi diffusé auprès des communautés ciblées, l’information officielle sur la COVID-19, dont les mesures de prévention/protection, ainsi que sur l’importance du retour et du maintien des filles et adolescentes à l’école, notamment en identifiant les ménages les plus vulnérables et les plus à risque de garder leurs filles à la maison pour subvenir aux besoins de la famille. Les familles ont également été sensibilisées aux violences sexuelles et basées sur le genre. Le projet a également appuyé les initiatives de continuité de l’apprentissage à distance, en dotant les familles dans le besoin de radios à énergie solaire afin que les filles aient accès aux cours et activités pédagogiques offertes par les gouvernements via la radio, ainsi que de matériel scolaire et pédagogique comme des cahiers d’exercices afin de pouvoir poursuivre l’apprentissage à la maison. De plus, le projet a travaillé de près avec des enseignant.e.s volontaires afin d’assurer le suivi des élèves, en particulier des filles et adolescentes via des groupes d’apprentissage à distance, des suivis téléphoniques, et des visites dans les familles.

La mise en place de ces mécanismes de continuité de l’apprentissage à distance permet également aux systèmes scolaires d’être plus résilients et préparés dans le cas d’éventuelles fermetures des écoles. De plus, le projet a appuyé la mise en place des mesures de protection/prévention de la COVID-19 dans les 24 écoles bénéficiaires du projet ÉDUFAM afin d’assurer un retour en classe sécuritaire, principalement en fournissant aux écoles le matériel et les équipements nécessaires à l’application de ces mesures (kits de lavage des mains, kits de désinfection des locaux, masques, etc.). De plus, des groupements de femmes ont été appuyés dans leurs activités génératrices de revenus pour assurer la production locale de masques et de produits d’hygiène féminine durable afin d’approvisionner les écoles ciblées.

Dans les dernières semaines…

La situation liée à la pandémie s’est stabilisée et les activités ont pu reprendre leur cours un peu plus normalement dans les trois pays d’intervention. Bien que cette situation demeure fragile, elle permet aux équipes sur le terrain de sortir de la phase de réponse urgente à la crise de la COVID-19 pour se concentrer davantage sur la mise en œuvre des activités centrales du projet ÉDUFAM, telle que la mise en place d’un système novateur de suivi et d’accompagnement individualisé des filles et adolescentes vulnérables afin de répondre adéquatement aux besoins et obstacles spécifiques à leur parcours éducatif, et ce sur le long terme. La fin de la première année du projet a également permis d’amorcer le processus d’élaboration de « contrats sociaux », où tous les acteurs et actrices clés des communautés ciblées s’engagent pour l’éducation des filles, notamment dans la réduction des obstacles socioculturels à l’accès et au maintien des filles à l’école.

La deuxième année du projet sera ainsi particulièrement cruciale pour la mise en œuvre de ces activités, notamment dans les écoles ciblées qui seront réhabilitées, équipées et où le personnel sera formé pour assurer une éducation de qualité, inclusive, et sensible au genre.

Pour en savoir plus sur le projet ÉDUFAM, cliquez ici. 

______________________________

Le projet d’Éducation des filles pour un avenir meilleur dans la région des Grands Lacs africains (ÉDUFAM) bénéficie de l’appui financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

Contribuez au succès de ce projet, donnez!

Le CECI fait appel à votre solidarité, en soutien au peuple haïtien, frappé de plein fouet par un séisme de magnitude 7,2 qui a secoué le sud-ouest d'Haïti samedi matin, le 14 août 2021.

Soutenez les efforts du CECI en Haïti et aidez les populations à se relever: Faites un don maintenant!

x
Abonnez-vous !