Personne consultante - Étude de données de base, projet ÉDUFAM

Publié: 12 mars 2020
Date limite pour postuler: 20 mars 2020

TERMES DE RÉFÉRENCES

Réalisation d’une étude pour les données de base - Projet Éducation des filles pour un avenir meilleur - ÉDUFAM

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

La Fondation Paul Gérin-Lajoie (FPGL) est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations par une éducation de qualité en Afrique et en Haïti. La Fondation est également reconnue pour ses projets en autonomisation socio-économique, en santé et sécurité alimentaire, en développement durable et en égalité des genres. Au Canada, la Fondation contribue à la mobilisation citoyenne face aux enjeux de solidarité internationale et à la valorisation de la langue française.

Le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) est un organisme de coopération internationale qui combat la pauvreté et l’exclusion par des projets de développement durable en Afrique, en Asie et dans les Amériques depuis 1958. À cette fin, le CECI renforce les capacités de développement économique des
communautés défavorisées ; il appuie des initiatives d’égalité entre les femmes et les hommes, de lutte contre les violences, de sécurité alimentaire, de résilience et d’adaptation aux changements climatiques.

Financé par Affaires mondiales Canada, le Consortium formé par la Fondation Paul Gérin-Lajoie et le Centre d’étude et de coopération internationale (CECI) avec ses partenaires locaux met en œuvre le projet Éducation des filles pour un avenir meilleur dans la région des Grands Lacs (ÉDUFAM) sur 4 ans (2020-2023) au Rwanda, au Burundi, et en République démocratique du Congo. Le projet ÉDUFAM se veut une réponse régionale aux besoins criants d’éducation des filles, des adolescentes, et des femmes dans la région, notamment des réfugiées, déplacées, retournées et handicapées (RDRH). Il vise comme résultat ultime une autonomisation accrue par l’éducation à travers une approche holistique divisée en trois axes d’interventions :

  1. Un accès équitable et maintien accru des filles et des adolescentes les plus vulnérables, notamment les réfugiées/déplacées/retournées et les handicapées (RDRH) dans une éducation sécuritaire, de qualité et inclusive.
  2. Une prestation équitable améliorée d’une éducation formelle et non formelle novatrice, sûre, de qualité, axée sur l’égalité des genres pour les filles, adolescentes et les femmes les plus vulnérables, dont les RDRH.
  3. La voix et le leadership accrus des filles, des adolescentes et des femmes les plus vulnérables, dont les RDRH, dans les processus décisionnels qui les concernent et la revendication de leur droit à l’éducation.

Pour mesurer les progrès obtenus ainsi que les effets de la mise en œuvre de ce présent projet, il est nécessaire de s’enquérir de la situation actuelle en vue du suivi et de l’évaluation des efforts qui seront mis en œuvre. Il est donc important d’avoir une idée exacte de la situation au démarrage du projet à partir d’indicateurs mesurables ayant été définis dans l’élaboration du plan de mise en œuvre (PMO) du projet. Le but recherché par la réalisation de l’étude de données de base est donc de vérifier la qualité et la validité des indicateurs du cadre de mesure de rendement (CMR), d’effectuer une première collecte de données permettant de préciser les valeurs de référence de ces indicateurs, et finalement d’élaborer une stratégie de suivi-évaluation axée sur les résultats qui sera utilisée pour l’ensemble de la mise en œuvre du projet.

2. CADRE DE RÉFÉRENCE ET MÉTHODOLOGIE

L’objectif global de cette étude est d’établir une situation de référence détaillée en proposant des valeurs (qualitatives et quantitatives) de référence pour les indicateurs des résultats intermédiaires, immédiats ainsi que les indicateurs d’extrants conformément au cadre de mesure de rendement (CMR) du projet. Cette situation de référence permettra d’établir le point de départ des différents indicateurs afin d’être utilisée pour la comparer avec la situation durant et à la fin de la mise en œuvre du projet.

La méthodologie de collecte de données devra être participative, inclusive et permettra l’engagement des organisations partenaires dans le processus. La méthodologie sera mixte combinant une approche qualitative et quantitative. Bien que le consultant ou la consultante chargée de l’étude pourra proposer des méthodes et techniques pour répondre à l’objectif de l’étude, l’étude devra toutefois débuter par la revue des données secondaires disponibles (rapports d’enquêtes préliminaires, documents officiels, etc.). Cette partie sera importante, car elle orientera la suite de la collecte des données manquantes. La mise en œuvre de l’étude devra intégrer des communications avec les différents partenaires locaux du projet qui seront les principaux acteurs responsables de la collecte de données, supervisés à distance par la personne consultante.

Les données recueillies seront par la suite analysées par la personne consultante et rapportées dans un rapport intitulé « rapport de données de base », accompagné du cadre de mesure de rendement (CMR) du projet complété.

3. RÉSULTATS ATTENDUS

Le rapport final de l’étude fournira :

  • La description de la méthodologie de l’étude. 
  • Un résumé des résultats de l’étude. 
  • Le CMR complété avec tous les indicateurs et leur situation de référence permettant de mesurer facilement les résultats du projet.
  • Une analyse quantitative et qualitative de la situation de référence du projet. 
  • Un plan de suivi et d’évaluation axé sur les résultats suivant les normes d’Affaires mondiales Canada.

4. DURÉE

La durée proposée pour ce mandat est de 15 à 20 jours de travail. Cela inclut les activités de préparation et d’analyse du contexte et de la documentation, la préparation des outils de collectes de données, la collecte des informations en collaboration avec les partenaires locaux et la rédaction du rapport. Le rapport devra être finalisé et remis à la Fondation au plus tard le 20 mai 2020.

5. COMPÉTENCES REQUISES

La personne consultante doit avoir au moins dix (10) ans d’expérience dans la conduite d’études similaires.
Elle doit aussi 

  • avoir une expérience de travail significative dans le cadre de projets financés par Affaires mondiales Canada ;
  • avoir la capacité de créer un outil d’analyse et de suivis de données ; 
  • être habile dans l’utilisation des outils d’analyse de données de Microsoft tels qu’Excel ; 
  • avoir d’excellentes capacités de rédaction et être en mesure de faire des rapports cohérents ; 
  • avoir une bonne connaissance de la région des Grands Lacs d’Afrique ; 
  • avoir une capacité d’apprentissage rapide, de respect strict des procédures et pouvoir travailler en collaboration ; 
  • avoir une bonne capacité d’écoute, d’analyse, le sens de la critique et de l’autocritique ; 
  • avoir une bonne capacité de communication en français (écrite et verbale).

6. MODALITÉ ET DÉLAIS DE SOUMISSIONS DES OFFRES

Les candidatures doivent être envoyées à l’adresse courriel rh@fondationpgl.ca au plus tard le 20 mars 2020 avec l’objet « Étude de données de base – Nom, prénom ». Les dossiers doivent inclure le curriculum vitae de la personne consultante, ainsi qu’une offre technique et financière pour la réalisation du mandat. 

Seules les personnes retenues suite à l’analyse du dossier de candidature seront contactées.

Abonnez-vous !